les anciens

Victor Pattyn, Photographe.

Ma période de fin d’étude secondaire était un peu chaotique, je ne me suis jamais vraiment senti à ma place dans le système scolaire dit « conventionnel ».J’ai découvert St-Luc Tournai lors des portes ouvertes du 1er Mai. La photo m’intéressait énormément à ce moment-là, mais comme aucun de mes proches n’avait jamais suivi un cursus artistique, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre et ce que ça impliquait. J’ai été accueilli à bras ouvert par une équipe pédagogique soucieuse de répondre à mes multiples questions et me conforter dans mon choix. L’esprit familial de St-Luc et le charme de l’endroit m’ont également donné envie de continuer sur cette voie. 

 Je souhaitais avant tout être aiguillé, aussi bien sur un plan artistique que sur le plan technique, dans une pratique que j’aimais mais dont je ne connaissais pas grand-chose.  Je voulais qu’on m’aide à développer ma propre sensibilité face à l’art de manière générale et tout particulièrement l’art contemporain. En gros, j’étais un puits de curiosité qu’il fallait remplir et canaliser.

 Mon passage dans l’option a définitivement modifié mon parcours de vie. La confrontation avec les différentes sensibilités rencontrées dans l’école on été pour moi une réelle prise de conscience et m’ont offert une grande motivation. La liberté accordée, ainsi que les confrontations régulières avec les professeurs d’atelier et les intervenants extérieurs m’ont aidé à me forger une sensibilité et une esthétique qui fait encore partir de mon travail aujourd’hui. 

 Après St-Luc et grâce aux rencontres faites pendant mon cursus, je me suis lancé en tant que photographe indépendant. Le réseau tissé à travers les différentes sections (Mode, Publicité, Design…) m’a permis de recevoir mes premières commandes et par la suite de me spécialiser en tant que photographe de mode et publicité. 

J’ai la chance de vivre de ma passion depuis 7 ans aujourd’hui. Les premières années n’ont pas toutes étés faciles, il faut de la détermination pour se lancer sur cette voie, il faut en vouloir et ne jamais lâcher l’affaire. Je pense que les expériences professionnelles, bonnes ou mauvaises, sont toutes bonnes à prendre, tout spécialement au début, car chacune va nous apporter un enseignement à tirer et moduler ainsi notre manière de travailler et de communiquer. Passer à côté de certaines sous prétexte financier ou « d’image » serait malheureux. 

 Aujourd’hui mon temps est divisé entre mes différentes commandes et clients, je voyage assez souvent en Europe pour réaliser des images de mode ou de publicité. Pour ce qui est commercial, je suis représenté par l’agence de production Initials L.A. A côté de ça, j’essaye de garder une partie de mon temps pour maintenir en vie une production artistique plus personnelle. C’est sans doute le plus difficile, mais aussi le plus important. Ma dernière exposition perso s’est déroulée l’année dernière dans la galerie Ravenstein 44 à Bruxelles. 

 

WORK